Friday, February 6, 2009

Intermezzo

233
Chandler, 2008

A break for the eyes, for the mind.
Look at the picture and write what you think or pass on it.

Then, on Sunday, all replies will appear in the comments section:
*around 10pm on Sunday (Mountain/Arizona time) *6am on Monday (Central Europe Time) * or http://www.timeanddate.com/ *
*
Une pose pour les yeux, pour l’esprit.
Regardez la photo : écrivez ce que vous ressentez ou bien passez votre chemin.

Vos réponses seront toutes affichées, dans la section des commentaires, dimanche
*aux environs de 22h (Mountain/Arizona time) *lundi 6h (heure d’Europe centrale) * http://www.timeanddate.com/ *

14 comments:

Olivier said...

je sais pas si je suis le premier, mais évidement vient tout de suite a l'esprit "les oiseaux". Une belle attaque du train postal par les oiseaux ;o)

claude said...

Cela me fait penser à deux films du grand maître qu'était Alfred Hitchcock. : Les Oiseaux et la Mort aux Trousses. C'est le premier truc qui m'est venu à l'idée.

Miss_Yves said...

Les oiseaux vont à la rencontre de l'inconnu du Nord Express

Cergie said...

Je pense à mon fils Etienne qui trouvait rarement des partitions en clef de fa pour son tuba (saxhorn basse si bémol) et qui devait transcrire les partitions en clef de sol écrites pour des instruments à tessiture plus haute.
C'est la construction linéaire de cette photo avec le train, les lignes électriques, ponctuée des "bec droit" en guise de note qui me fait venir cela en tête

Bon week-end, Thérèse

Marguerite-Marie said...

"trop de monde, je crois que j'attends le prochain"

christian said...

Pensée pour un célèbre film, brrrrr!

hpy said...

Les corbeaux, à vrai dire les corneilles, mais pour le scénario, il valait mieux parler de corbeaux) nous suivaient. Nous n'arrivions pas à nous en débarrasser, nous avions marché vite, puis couru, puis sauté, mais pas de joie, pris la voiture - mais elle est tombée en panne - puis pris le train, rapide en plus, pas celui qui s'arrêtait à chaque station, mais les corbeaux (pardon, les corneilles) étaient toujours là; à nous suivre, comme dans le film d'Alfred Hitchcock, sauf, bien entendu, que cela, tout le monde l'a oublié, surtout que ce n'étaient pas des corbeaux (pardon, des corneilles), mais des mouettes (ou peut-être même des goëlands), ce qui, en fin de compte, revient au même. Des oiseaux, quoi!
(Pardon, j'ai encore déliré, mais quand on me demande - même sans le faire - de faire le pitre, je ne peut pas m'en empêcher, surtout quand cela m'inspire.)
Ce commentaire peut être supprimé par le/la détenteur/trice du blog, mais pas par la personne qui l'a écrit, car elle doit prendre la responsabilité de ses bêtises. Non?

Marie said...

Vous êtes partie en weekend, Thérèse. Votre photo est fabuleuse comme d'habitude. Les oiseaux qui suivent le train.... et celui qui est posé dans le champ qui le regarde. Il doit se prendre pour une vache :-)

Bergson said...

J'avais reussi à prendre un train pour la gare de PAU.
Je regarde par la fenêtre les oiseaux nous doublaient vont ils aussi à Pau à l'enterrement de mon copain et vont ils se poser avant l'avion ???

Anonymous said...

Amtrak scares the starlings!

GMG said...

Bonjour Thérèse! Mais c'est incroyable; il ressemble le train que je prenais chaque jour pour aller au lycée il y a des années... ;)
Bon week-end!
Blogtrotter

Christian said...

J'ai l'impression d'un célèbre film en N&B

namaki said...

un remake du film de Hitchcock "les oiseaux" ?
cette photo me donne une impression de vitesse un peu comme si les oiseaux voualient aller plus vite que le train !

Miss_Yves said...

Un classique, ce film, qui a marqué l'imaginaire de plus d'un !
-Code "messer"-