Wednesday, April 2, 2008

Gila woodpecker

Woodpecker
Phoenix
Between its red spot on its head and its noisiness the woodpecker, saguaro’s friend, is easy to spot. It digs its nest in trees and cactuses like here. Once vacated these nests become home to small owls, rats, mice, lizards, and snakes.
I am not at all an expert but you can’t ignore the animal life when you walk through the Botanical Garden or in its own backyard and sooner or later you grab a book and read about squirrels, owls, birds, snakes… Curious desert!

Entre sa petite tache rouge sur le front et son cri plutôt bruyant ce pic, ami des saguaros, est donc facile à repérer. Il creuse son nid dans les arbres ou dans les cactus comme ici. Une fois abandonné, ce nid deviendra le refuge des chouettes, rats, souris, lézards et serpents du désert.
Je ne suis pas une experte mais on ne peut ignorer la vie animale lorsqu’on se promène au Jardin Botanique de Phoenix ou que l'on regarde dans son propre jardin. Tôt ou tard on se plonge dans un livre pour en savoir plus sur les écureuils, les chouettes, les oiseaux et les serpents du désert. Drôle de désert.

5 comments:

Delphinium said...

C'est marrant, lorsque je suis arrivée sur votre blog, j'avais l'impression que ce pic était plutôt accroché à un cordage plutôt que sur un cactus. L'autre jour, je discutais avec ma mère d'un oiseau que je vois parfois depuis la fenêtre de mon bureau et qui se balade sous un arbre. Il a du rouge, du bleu et du blanc. Mais je ne sais pas ce que c'est, peut-être un bouvreuil. Il faudra que je regarde dans un livre aussi pour savoir si c'en est un. A bientôt!

Cergie said...

Quel beau texte, accompagnant une belle photo : une philosophie de vie qui me plait.
Mon père disait que lorsque l'on observait la nature et ses merveilles l'on était obligé d'avoir la foi. C'était son pari de Pascal, il vaut bien l'original.
Ce pic a l'air de sourire, il est coquin.
Nous avons un oiseau qui chante : "l'huit". Il annonce la pluie. Il sait compter en plus :
"2X4 ?"
"L'8 !"
"4+4"
"L'8 !"
Je ne l'ai jamais vu, je ne sais son nom, cependant je l'ai entendu chanter dans bien des régions.
Ton cactus me plait fort aussi avec ses gros biscottos.

Bon Week-end, Thérèse.

Therese said...

Delphinium: je parlerais plutôt de beaux cordages teints en vert auxquels tous ces petits s'accrochent pendant trois mois l'été pour y puiser leur énergie.
Cergie: ah oui la foi! ça sait nous coincer à tous les tournants...
En attendant je te souhaite un doux week-end qui, si j'ai compris à demi-mot, sera plein de souvenirs.

Nathalie said...

Encore une photo magique, tu es talentueuse Thérèse !
On se demande comment les oiseaux, écureuils et autres bestioles échappent aux piqûres de cactus, moi j'en ai ramassé en photographiant des figuiers de barbarie ce week-end, ça fait mal!!!

Nathalie said...

PS - je ne tire pas de conclusions religieuses de la fréquentation de la nature, mais énormément de paix et de joie.