Monday, November 2, 2009

Celebrating Life

421 1

Downtown Chandler, 2008

Remembering loved ones is part of Dia de los Muertos or Day of the Dead. The day is usually spent by honoring the memory of disappeared loved ones whose spirit returns that day to protect the living from death. Learn more about it on Julie’s blog: Scottsdale Daily Photo.

Se souvenir de nos disparus fait partie du « Jour des Morts » ou Dia de los Muertos. La journée se passe habituellement à honorer la mémoire des morts dont l’esprit revient ce jour là pour protéger les vivants de la mort.
Pour en savoir plus allez sur le blog de Julie : Scottsdale Daily Photo.

421 2




Photobucket


13 comments:

Rob (Mr DL) said...

Something I had not known. I thank you and Julie to learn about this.

hpy said...

Il faut des morts pour qu'il y ait des vivants.

Bibi said...

I visited my husband's grave on Nov. 1st.....

Chez Madeleine said...

De magnifiques déguisements.
Je ne crois pas aux esprits et je ne pense pas non plus que nous devions penser à nos disparus seulement ce jour...Je ne critique pas ceux qui le fond, heureusement chacun a droit à son libre arbitre.
Bonne journée. A + :))

Bergson said...

danser avec un masque de mort ; il n'y a que chez vous ?

claude said...

J'ai pensé à mon Papa hier. Moi, je dirais plutot qu'il faut des vivants pour qu'il y ait des morts, c'est la logique de la vie, et la logique voudrait que ce soit le plus tard possible, ce qui n'est pas toujours le cas.

Miss_Yves said...

C'est toujours très surprenant à voir, ce genre de photos, et de coutumes, bien sûr .

namaki said...

ceci ressemble plus à une tradition mexicaine !

Thérèse said...

Rob, You are welcome.

Hpy, et quamd les morts et les vivants se cotoient

Chez Madeleine, l'art de faire la fête. C'est bien d'avoir un calendrier pour forcer à la réflexion et éduquer les jeunes, non?

Bibi, je pense à vous.

Bergson, chez nous dans les communautés Mexicaines et au Guatémala.

Claude, fragilité de la vie.

Miss Yves, j'aime beaucoup cette fête très sensée.

Namaki, c'en est une mais comme beaucoup de traditions, celle-ci a tendance à s'estomper avec le temps.

Marguerite said...

Ces fêtes sont perçues différemment par chacun à l'aulne de sa vie personnelle et des événements qui l'ont affecté ou qu'il vit à l'instant.
Avec plus ou moins de détachement donc.
Cependant, à l'échelle de l'humanité, elles touchent à l'universel. Avoir un masque n'est pas anodin, sacralise, comme au thêatre ou lors des processions religieuses du Vendredi Saint en Espagne.

Bibi said...

You know, I never knew that the spirits were to return to protect the living on Dia de los Muertos. I'm going to check out Julie's blog now. I love how the man in the top photo is protectively touching the child's head.

alice said...

Certains ont besoin d'un lieu précis et d'une date fixe pour honorer leurs morts, d'autres sont moins sensibles aux rituels. C'est une affaire très compliquée et très personnelle. Et j'ai remarqué aussi qu'on peut changer totalement d'avis le jour où la mort vous touche de près. Et pas toujours dans le sens attendu.
Quelles belles couleurs sur tes photos!
Merci de tes réponses ;-)

Barbara Martin said...

A very interesting custom.