Sunday, September 21, 2008

Without words

Photobucket
Chandler,

There is no place like home. - Wizard of Oz -

Il n’y a rien de comparable à sa propre maison.

14 comments:

hpy said...

Home = sa propre maison. C'est bien compliqué en français d'avoir son chez soi, alors que dans d'autres langues on le dit avec le mot home, hem, koti. Pourquoi? Surtout que le cocooning est toujours important aussi pour les français, à ce que l'on dit.

lyliane said...

Les indiens sont passées par là?

Webradio said...

Bonjour Thérèse !
J'ai toujours la hantise du feu, car je ne voudrais pas retrouver ma maison (que je retape...) comme celle-ci !
Même s'il y a des assurances (n'est-ce-pas Hélène...), on y laisse toujours des plumes...
A bientôt.

Daniel said...

Humour noir ce jour !!!!!

Therese said...

Hélène, oui ce qui enveloppe le mot « maison » est si personnel
Pour certains même le fait de bouger dans la vie fait souvent réfléchir à ce que pourrait être une maison.

Lyliane, peut-être même la maison d’une famille indienne.

André, ici (et ailleurs) les maisons sont très vulnérables au feu de par leur construction, leur environnement et le climat.

Daniel, l’humour est souvent une forme d’expression qui soulage… momentanément.

The meaning of « home » varies according to the person’s background.
A terrible fire isn’t helping at all.

Miss_Yves said...

Oh! C'est terrible....Et on pense aussi aux cyclones qui ravagent si souvent les Etats-Unis...
Une image de désolation parmi d'autres ,si charmantes, si sereines ou amusantes sur ce blog ,un commentaire très pudique...
Miss Yves

Olivier said...

plus rien après le désastre, très dur. Bien trouvé la légende dans le magacien d'Oz. J'espère que c'est pas chez toi ;o(.

Bergson said...

je pensais à l'ouragan mais lequel car de France nous ne devons être au courant que des plus dévastateurs

en fait c'est le feu
mon angoisse perdre tous mes livres ...

Maxime said...

C'est comme le sourire du chat du cheshire dans Alice. Voici qu'il ne reste plus que l'idée d'une maison. C'est suffisant, peut-être, pour trouver le courage de la rebâtir...

Petrea said...

Therese, avec ma dictionnaire j'ai appris que ce n'est pas votre maison!

Whew! as we say in America.

Therese said...

Petrea, no it’s not our home…
Non ce n’est pas notre maison…

This image could speak for each burnt house across the world.

Miss Yves, Olivier, Bergson, cette image symbolise bien sur chaque maison brulée de par le monde.

Bergson, le principal étant de sauver leur âme.

Maxime, ailleurs c’est la cendre qu’il faudrait interroger. Repartir à zéro ici n’a jamais été un problème (exemple à suivre) sinon côté finances… Merci pour cette visite.

Therese said...

P.S. Les ouragans/tempêtes portent chacun un nom en alternance masculin ou féminin. Si l’ouragan est très dévastateur alors le nom est retiré de la liste (6 listes en rotation) préétablie qui va de A à Z (pas de U ou de Q) Le nom du premier ouragan de l’année commence par la lettre A.


P.S. There is a rotating list (in fact 6 in rotation) of pre-approved names from A to Z (no U or Q), alternatively male and female ones, for hurricanes/storms. If the hurricane is devastating the name is retired and a new one replaces it. The name of the first hurricane of the year starts with the letter A.

Cergie said...

Lorsque mon frère aîné est né au Vietnam, il a eu un tiroir comme berceau. Dans une maison sans toit. Les Japonais avaient envahi le Vietnam. Cependant le climat le permettait.
Je songe aux Irlandais marchant pieds nus en hiver comme le raconte Franck Mac Court dans "les cendres d'Angela"....

Cela n'empêche que j'adore cette photo ; ses couleurs, ses matières, sa composition, elle me fait penser au conte des trois petits cochons ; ou à une cabane d'enfants...
Trois planches, deux caisses et hop ! Voilà pour eux une maison

Therese said...

Lucie, … la pluie, la musique, l'Amour.